Fédération du Loiret

Fédération du Loiret
Accueil

Salah Hamouri a enfin retrouvé la liberté dimanche 18 décembre 2011

 
 
 
 

Après sept ans dans les geôles israéliennes, c’est dans une maison en fête au milieu d’un quartier entièrement pavoisé de drapeaux palestiniens et de banderoles, affiches et posters à son effigie que le jeune homme a retrouvé les siens, dimanche soir. L’esprit était à la fête dimanche soir dans un quartier de Jérusalem où habitent les parents de Salah Hamouri. Cette maison où son père Hassan, qui tient un restaurant à Jérusalem, sa maman Denise, qui enseigne le français, sa sœur Caroline, étudiante en journalisme, et son jeune frère Amir l’auront tant attendu, il l’avait quittée le 13 mars 2005, jour de son arrestation. Il n’avait pas encore fêté ses vingt ans, puisqu’il est né le 24 avril 1985. Il la retrouve enfin, muri par ces longues années de prison qui lui ont mangé sa jeunesse. Heureux d’une liberté dont il connaît bien les limites : de la maison, on voit le «mur», immense et gris, couvert de slogans dont un superbe « Libérez Salah ». Il y manque une personne chère : sa grand-mère paternelle, morte en août dernier, et qui n’aura pas eu la joie de le revoir, pas plus que sa grand-mère française, décédée elle aussi pendant sa détention. Mais tout le reste de la famille, les cousins, les voisins sont là. Ses amis aussi, nombreux, qui se sont activés depuis deux jours pour accrocher drapeaux et portraits. Celui de Salah côtoie celui de Jean-Claude Lefort, qui a porté haut la solidarité. Il y a beaucoup de drapeaux français, car Salah est français comme sa maman, et le peuple de France – à défaut de son gouvernement – s’est mobilisé pour lui depuis des années. Elsa Lefort, la fille de Jean-Claude, est là aussi, car son père, pour avoir participé l’été dernier à la flottille française de la liberté contre le blocus de Gaza, a été déclaré persona non grata par les autorités israéliennes. Tous ont déployé depuis deux jours une activité débordante pour tromper l’attente et le suspense. Les élus communistes d’Orléans avaient demandé en vain au Député Maire d’Orléans Serge GROUARD, d’appuyer sa demande de libération. Avec la libération de Salah,tous les orléanais qui luttent pour la paix et la reconnaissance d’un état palestinien viennent de marquer un point.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.